Se plaindre le ventre plein

photownm-2

Presque prête à partir, heureuse et motivée par la journée qui t’attend. Tu les embrasses avec toute la tendresse du monde. Tu fermes la porte et en descendant l’escalier, leurs 2 petits visages mi-heureux mi-triste de te quitter sont impregnés dans ta rétine. Leurs petits “babye maman” répétés résonnent dans ta tête. Pis tu te dis que finalement, tu serais bien restée à la maison à faire des affaires d’enfants. À absorber leur candeur, leurs sourires (pas juste), leurs mots d’enfants géniaux qui seront oubliés demain. Ou juste à faire pâte-à-modeler-casse-tête-faire-rouler-des-petites-autos-tremper-des-biscuits-dans-du-lait-lavage-épicerie-repas-toutes-ces-réponses.

En fait, j’ai l’impression que je ne règlerai jamais mon dilemme intérieur parce que je veux toute. Toute avec E. Même ma vie de travailleure autonome adorée ne semble finalement pas avoir tout réglé mon problème. Je veux travailler et je veux être à la maison avec les p’tits. Quand je suis avec eux trop longtemps, je finis par manquer de jus. Quand je travaille trop, je finis par manquer de jus. Coudonc toi, j’vas-tu finir par choisir une des 2 voix, mettre le pied sur le gaz, pis conduire?

C’tu juste moi? À celles qui sont passées par ce questionnement : à titre indicatif, quand finit-on par être en paix avec son choix? Mensonges rassurants acceptés.

 

photo-wnm photownm

1 Comment

  • […] des soeurs Stratis et les bas dépareillés 7. De la pâte à modeler et manger, les deux 6. Se plaindre le ventre plein? 5. C’est la fête du bébé et les ovaires de la maman font la fête 4. Le projet Moi Mes […]

Leave a Reply