Le papier : celui qui traine, mais l’autre aussi.

Ça fait 8 ans (en années d’internet, ça va si vite, l’intarnet) qu’on ne s’est pas parlés. Plusieurs choses plutôt importantes se sont passées dans ma vie :

 

– mon ainé a commencé l’école
– je suis allée à Paris faire une vacance en solo
– mon père est mort
– ma première chronique fut imprimée dans un magazine papier.

En papier véritable, même pas du papier virtuel ou rien.

Enfants Québec nous a offert d’écrire (à Marie-Andrée et moi), une chronique à saveur de projet «Moi, mes enfants». Inutile de dire qu’on est vraiment heureuses de ça! À défaut d’être toujours pertinentes, on va essayer d’être souvent divertissantes.

Si on m’avait annoncé ça, quand j’ai commencé à bloguer il y a 1 an et demi, je ne l’aurais pas cru. Ça me rend assez fière! Surtout que c’est une opportunité qui s’est présentée sans qu’on s’y attende. Ça fait top plaisir.

Une autre chose arrivée sans que je m’y attende, c’est le décès de mon père, le mois passé. [Insérer ambiance de m*rde, ici.]

À la lecture de ce billet, qui annonce ma première chronique dans un magazine, j’avais envie qu’on sente le party/les confettis/le champagne/la gueule de bois! En cours d’écriture, je réalise que j’ambivalence entre la fête et la tristesse.

Que ceci me trotte en tête depuis 3 jours. Que ça ne part pas.

Notre père à toujours été très fier de nous. J’aurais quand même aimé pouvoir lui en envoyer une copie. Prendre un verre de bulles avec lui pour fêter ça. Il avait lu la première ébauche et il avait trouvé ça rigolo. Ça me console un peu. Aussi, il était assez drôle de son lui-même. J’ai probablement hérité d’un bout de son sens de l’humour.

En plus, il était ultra-bordelique. J’ai probablement hérité d’un bout de son bordelisme, aussi (poussière family-owned since 1948).

C’était donc le texte parfait à lui dédier.

 

Pour les curieux, mon papa était auteur-compositeur-interprète. Il n’a (bien sûr) jamais eu tant de couverture médiatique qu’à son décès. Voici le plus beau papier à son sujet, écrit par Dominic Tardif. Lien ICI. Voici un autre bel article de la Tribune de Sherbrooke.

 

IMG_2955.JPG

Marie habite à Montréal, est co-fondatrice de www.enamour.co et une maman sérieuse, la plupart du temps. Ok non pas la plupart du temps pantoute.

1 Comment

  • Reply October 4, 2014

    Buensky

    Bravo Marie pour ta publication!!
    Jt’enwèye du gaz pour passer à travers ton deuil xxxx

Leave a Reply